Vous êtes ici

n°9 - Août 2021

 

BIENVENUE SUR LA NEUVIÈME ÉDITION

DES JEUDIS NATURA 2000 GARONNE EN OCCITANIE ! 

... 

Un habitat type : la ripisylve

La ripisylve, ou encore appelée forêt rivulaire, se situe sur la plupart du continuum de la Garonne ainsi que d’autres rivières en Occitanie. Elle correspond à la végétation qui se développe sur les bords des cours d’eau. Cette dernière joue de nombreux rôles pour l’équilibre écologique des cours d’eau. Pouvant être considérés comme des zones humides, ces milieux sont fragiles et ont été par endroit fortement dégradés. C’est pourquoi des actions de protection et de restauration sur la ripisylve sont de plus en plus fréquentes sur les sites Natura 2000 de la Garonne en Occitanie et aussi en Nouvelle-Aquitaine.

ripisylve-garonne-toulouse-smeag-syndicat-mixte-etudes-amenagement-garonne

Bras inférieur de la Garonne à Toulouse (31) - Photo archives Didier Taillefer/SMEAG

 

La forêt riveraine, rivulaire ou ripisylve est l'ensemble des formations boisées, buissonnantes et herbacées présentes sur les rives d'un cours d'eau, d'une rivière ou d'un fleuve, la notion de rive désignant le bord de rivière non submergé en période de basse eau. Cette zone de contact entre le cours d’eau et la terre est constituée de peuplements particuliers en raison de la présence d’eau sur des périodes plus ou moins longues : saules, aulnes et peupliers en bordure, frênes, érables et ormes en hauteur, chênes pédonculés sur le haut des berges peuvent constituer le cortège arboré de cette ripisylve. Les ripisylves jouent un rôle écologique important. En particulier, elles offrent des habitats naturels spécifiques, variant selon l’altitude et l’importance du cours d’eau (du ruisseau ou torrent de montagne jusqu’à l’estuaire et parfois la mangrove). Elles forment des corridors biologiques, augmentent la connectivité écologique des paysages et jouent pour ces raisons un rôle majeur pour le maintien de la biodiversité, aux échelles régionales.

Télécharger le visuel en grand format

Télécharger la fiche dédiée à la ripisylve de la Charte Garonne et confluences

 

La ripisylve est un corridor biologique particulier, qui a d’importantes fonctions d’abri et de source de nourriture pour un grand nombre d’animaux : reptiles, oiseaux, mammifères, poissons, crustacés, insectes et autres invertébrés associés aux berges. Ils y vivent ou en dépendent indirectement comme source de nourriture. Certaines espèces leur sont partiellement inféodées, d’autres s’y réfugient lors d’inondations importantes. Outre son rôle écologique, véritables filtres situés à l’interface entre milieux terrestres et aquatiques, les ripisylves contribuent, comme d’autres types de zones humides, à l’amélioration de la qualité de l’eau en captant une partie des eaux ruisselantes avant qu’elles ne rejoignent les cours d’eau. Elles contribuent à préserver la qualité de l’eau en limitant le réchauffement de l’eau grâce à l’ombrage qu’elles offrent. Elles ont également un rôle mécanique de stabilisation des berges permettant de limiter naturellement les risques d’érosion et de lutter contre les inondations en ralentissant les crues.

 

La ripisylve, un habitat menacé

La ripisylve de Garonne est fortement impactée par les usages passés mais aussi actuels. Dans de nombreux secteurs elle est discontinue et n’est constituée que de quelques arbres alors qu’une ripisylve de Garonne «fonctionnelle» devrait avoir une largeur de 20 à 30 mètres. De plus l’enfoncement du lit de la Garonne ayant entrainé un assèchement des sols, les saules blancs (Salix Alba) et peupliers noirs (Populus Nigra) des ripisylves d’origine vieillissent et ne sont pas remplacés. La dégradation de cet habitat favorise alors l’installation d’espèces exotiques envahissantes (EEE) comme le robinier (Robinia Pseudoacacia) ou l’érable negundo (Acer negundo)

 

Focus sur quelques actions de restauration de ripisylve en Occitanie
et en Nouvelle-Aquitaine

 

La préservation et la restauration de la ripisylve dont les fonctions sont primordiales pour la Garonne est donc prioritaire. D’autant plus qu’elle est un axe majeur de circulation de nombreuses espèces animales et végétales le long de la Garonne.

 

Un contrat Natura 2000 sur une restauration de ripisylve à Castelsarrasin (82)

Un contrat Natura 2000 a été réalisé en 2020 et concerne la création d’une ripisylve au niveau d’un domaine d’arbre fruitier chez un particulier. En effet, la SCE Huguet sensibilisée à l’environnement a souhaité porter un projet en faveur de la biodiversité de la Garonne en restaurant une ripisylve et en maintenant une prairie avoisinante. Ces milieux restaurés et entretenus pourront être favorables aux chiroptères (chauve-souris) d’intérêt communautaire. Ceux-ci pourront avoir un effet bénéfique vis-à[1]vis des vergers en jouant un rôle d’auxiliaire grâce à la prédation des insectes ravageurs des vergers. Le site Natura 20000 sur ce secteur présente une hiérarchisation des enjeux au regard des habitats et espèces d’intérêt communautaire avec un enjeu de conservation fort pour la saulaie, en régression au niveau national et européen.

Ripisylve dégradée, en octobre 2019 - Photo SMEAG

Ripisylve restaurée, en 2021 - Photo Mme Huguet

 

En 2019, le cordon ligneux en berge était trop discontinu et mince pour constituer une véritable ripisylve. De plus, le site du projet ne présentait pas un attrait écologique suffisant pour accueillir les chiroptères. Afin d’améliorer la qualité écologique du site, des objectifs de conservation lui ont été assignés. Aujourd’hui, la ripisylve en pleine croissance va pouvoir accueillir prochainement ces espèces à fort intérêt communautaire dans ce secteur.

 

Un contrat Natura 2000 sur une restauration de ripisylve à Auterive (09)

Un contrat forestier Natura 2000 a été signé entre la Fédération de pêche de la Haute-Garonne et l’État à la fin de l’année 2012, au lieu-dit Le Bois de Notre-Dame à Auterive sur du domaine public fluvial (DPF), suite à la mise en place d’une autorisation d’occupation temporaire (AOT) du DPF. Ce contrat avait pour objectif de restaurer la ripisylve, inexistante sur la partie aval du Bois de Notre-Dame à Auterive et en partie dégradée, sur le secteur amont. Une convention de gestion du site a été signée le 10 octobre 2015 entre la commune d’Auterive et la communauté de communes de la vallée de l’Ariège. La commune gérant, comme à son habitude, la partie accessible au public avec un entretien classique (tonte, débroussaillage autour des arbres) et la communauté de communes procédant à une gestion différenciée sur le secteur replanté dans le cadre du contrat forestier. Cette gestion a pour objectif de protéger la végétation rivulaire.

 

 

À gauche, une gestion plus classique d’entretien de la végétation ; au centre, un plant de peuplier noir souche ’Garonne’ et à droite, la gestion différenciée de la végétation rivulaire - Photos association Migado

 

 

Durant l’animation 2017, et suite à une proposition de la cellule animation Natura 2000, une AOT du DPF a été établie par la direction départementale des territoires (DDT) de la Haute-Garonne pour permettre à la communauté des communes du bassin Auterivain la gestion différenciée de la végétation sur ce territoire sur les 15 prochaines années. À l’occasion d’une visite terrain, le 9 juillet 2020, nous avons pu constater que les plantations avaient bien repris dans le secteur et que la gestion différenciée était bien respectée.

 


Visite de terrain au Bois de Notre-Dame, à Auterive en juillet 2020 - Photos association Migado

 

En Nouvelle-Aquitaine, sur le site de la Garonne animée par le Syndicat mixte d'études et d'aménagement de la Garonne (SMEAG), des actions similaires sont menées 

Un contrat Natura 2000 sur une restauration de ripisylve à Saint-Macaire (33)

Un contrat Natura 2000 porté par la Fédération de pêche de Gironde est en cours de mise en œuvre depuis 2019 sur la commune de Saint-Macaire en Gironde. Ce contrat porte sur la restauration d'habitats naturels en cours de fermeture : mare, prairie, annexe hydraulique et la ripisylve. Celle-ci étant peu existante sur ce tronçon de Garonne, des actions de plantations de plusieurs espèces de saules dont le saule marsault et le saule blanc, ont été réalisées avec la participation des élèves d'un lycée agricole, l’association Arbres et paysages, la fédération de pêche de Gironde et l'équipe Natura 2000 du Syndicat mixte d'études et d'aménagement de la Garonne (SMEAG).

Plantation de boutures de saule avec Arbres et paysages en 2019 - Photos Claire Boscus/SMEAG

 

Ces plantations ont permis non seulement d’implanter une ripisylve sur ce secteur permettant de filtrer l’eau et de stabiliser le banc vaseux mais également de sensibiliser les élèves aux enjeux écologiques associés à la Garonne. Les plantations d’essences adaptées sont primordiales ; le saule est idéal en pied de berge ou en bord de lit mineur en raison de ses besoins en eau. Un an après ces plantations et après les crues hivernales de 2020 relativement exceptionnelles, toutes les plantations se sont développées, aucune mortalité n’a été à déplorer.

Photos Claire Boscus/SMEAG

 

Un contrat Natura 2000 sur une restauration de ripisylve à Saint-Laurent (47)

Dans le Lot-et-Garonne, des actions de densifications de la ripisylve ont également été réalisées à l’occasion du 1er contrat Natura 2000 du site, porté par la commune de Saint-Laurent et visant à restaurer un atterrissement et sa ripisylve. Ce secteur présentait une ripisylve peu dense et c'est pourquoi, les élèves de l’école communale de Saint-Laurent ont participé et ont planté en haut de berge une dizaine d’essences adaptées : cornouiller sanguin, chêne, orme, noisetier, églantier, etc. Le haut de berge étant plus sec, des arrosages ont été nécessaires. 

Plantations en haut de berge avec les élèves de l'école communale en 2019 - Photos Gérard Ramaioli

↑ Retour haut de page ↑