Vous êtes ici

n°11 - Octobre 2021

 

BIENVENUE SUR LA ONZIÈME ÉDITION

DES JEUDIS NATURA 2000 GARONNE EN OCCITANIE ! 

... 

Les chauves-souris d'Occitanie et les actions de protection

Alors que les oiseaux diurnes regagnent leurs gîtes, le crépuscule attire d’autres acteurs plus énigmatiques encore : les chauves-souris. Faisant l’objet de nombreuses superstitions, les chauves-souris («chiroptères» pour les spécialistes) sont pour certaines espèces très dépendantes au bâti et aux fabrications humaines. Objet de supertitions, il existe en France trente-quatre espèces de chauves-souris et toutes sont intégralement protégées par des lois européennes et françaises. Neuf espèces de chiroptères se trouvent en région Occitanie.

Le grand murin - Photo Yves le Bris

 

« Prenez garde à la chauve-souris ! Elle serait un signe de mauvais présage si vous la rencontrez le jour d'Halloween et si par malheur elle fait trois fois le tour de votre maison, c'est la mort qui viendra vous chercher ! »

 

La chauve-souris fait l'objet de nombreuses légendes et supertitions mais qui s'avèrent être fausses et donnent une mauvaise image de l'espèce :

  • Les chauves-souris s'accrocheraient aux cheveux ;
  • Les chauves-souris seraient des vampires transformés pour mieux voyager et se cacher du Soleil ;
  • Les chauves-souris porteraient malheur ;
  • Dans la Rome antique, on les considéraient déjà comme apparentées par nature au diable ;
  • Si elle se cogne dans la fenêtre d'un malade, celui-ci mourra ;
  • Dans les Balkans, elle représente une manifestation des morts-vivants et des vampires ;
  • On les clouait sur les portes des granges jusqu'au milieu du XXème siècle afin d'éloigner les mauvais esprits.

 

Les chiroptères (Chiroptera), appelés couramment chauves-souris, sont un ordre de mammifères comptant près de 1.400 espèces, soit un quart de près de 5.000 espèces de mammifères connues. Il comprend 175 genres regroupés en vingt familles. C'est le groupe de mammifères le plus important après celui des rongeurs.

En Europe, les chauves-souris utilisent deux types de gîtes. En été, les mâles isolés se logent dans les fissures de mur, toits, ponts, caves ou écorces d'arbre et les femelles groupées en grande nurserie se retrouvent dans un lieu très chaud sans courant d'air comme les combles, écuries ou tunnels d'égout. En hiver, les chauves-souris vivent en cavité sombre sans courant d'air avec une température constante et prioritairement avec une hygrométrie stable. Là, se mêlent mâles et femelles de plusieurs espèces pour hiberner suspendues au plafond. Ces espaces peuvent être des cavités souterraines, des grottes, anciennes carrières, caves, souterrains, tunnels, une maison non chauffée, etc. Certaines aiment avoir de l’espace, d’autres, au contraire, se serrent les unes aux autres pour garder la chaleur. Avec une température corporelle initiale de 39°C, elles peuvent perdre selon les espèces jusqu’à 10°C. Par ailleurs, le rythme cardiaque diminue et réveiller une chauve-souris en pleine hibernation risque de la tuer. En effet, leur réveil met plusieurs minutes voire plusieurs heures et nécessite une grosse consommation d'énergie. Il contraint la chauve-souris à sortir (dans des températures parfois négatives) de son abri et présente le risque pour le mammifère de ne pas retrouver de la nourriture afin de recharger le stock de graisse prématurément utilisé. En période de reproduction, le danger est décuplé. S’introduire dans une cavité en éclairant un essaim va provoquer l’envol des adultes et la chute des juvéniles qui vont s’écraser au sol et mourir de leurs blessures. Ainsi, si vous découvrez des chauves-souris reculez tranquillement sans bruit et laissez-les en paix.

Dans cette nurserie de grands rhinolophes, les (jeunes) mammifères se collent l'un à l'autre pour économiser de la chaleur - Photo Stan

 

Les chiroptères sont les seuls mammifères doués du vol actif, à distinguer du vol plané que pratiquent les écureuils volants. Ils se déplacent dans les airs grâce à une aile formée d'une membrane de peau entre le corps, les membres et les doigts. La plupart des espèces ne se posent qu'exceptionnellement au sol et s'y meuvent maladroitement. Ces animaux nocturnes volants sont majoritairement capables d'écholocation : ils se dirigent dans l'obscurité en émettant des ultrasons dont ils captent la réflexion et localisent ainsi leurs proies et les obstacles. Les mégachiroptères sont crépusculaires, ne se déplacent pas la nuit et se dirigent également grâce à leurs yeux et leur odorat. Les microchiroptères, eux, sont nocturnes et se servent surtout de l'écholocation pour chasser et se repérer la nuit.

 

La pipistrelle commune est un insectivore - Photo Kopp

 

En termes d’alimentation, les mégachiroptères se nourrissent de fruits, de fleurs et de pollen. Pour les microchiroptères, le régime alimentaire est très varié mais se compose essentiellement de «plancton aérien», c’est-à-dire des insectes volants. Les chauves-souris d'Europe sont exclusivement insectivores mais avec l’utilisation croissante d’insecticide, de fongicides et de pesticides, ces puissants produits entraînent des conséquences dans la chaîne alimentaire. Publiée en 2019, une synthèse qui combine soixante-treize études affirme que les insectes pourraient disparaitre de la planète d’ici 100 ans. Parmi les proies des chauves-souris, il y a les moustiques. Si vous en croisez une au-dessus des têtes, assez près souvent, c’est pour piocher dans le nuage de moucherons ou de moustiques qui se développent au-dessus d’un rassemblement de personnes.

 

Les chauves-souris se reproduisent dans les bâtiments où la chaleur s’accumule. Pour les murins, le petit et grand rhinolophe, les lieux de prédilections sont les greniers et combles. Pour les plus petites espèces comme les pipistrelles et barbastelles, ce sont des fissures ou de petites cavités. Par ailleurs, les dessous des ponts (ferroviaires désaffectés) sont souvent un gîte de transit. La fécondation n'a lieu qu'au printemps et les chauves-souris donnent naissance quelques semaines plus tard, pendant l'été. En règle générale, la chauve-souris donne naissance à un ou deux petits chaque année.

 

En région Occitanie, neuf espèces de chiroptères sont répertoriées : la barbastelle, le murin (ou vespertillion) de Bechstein, le petit et le grand rhinolophe, le rhinolophe euryale, le minioptère de Schreibers, le grand et le petit murin et le murin à oreilles échancrées. Toutes sont inscrites dans le document d’objectifs (Docob) pour les quatre sites Natura 2000 adjacents à la Garonne et à la Pique, en Haute-Garonne. Le potentiel de présence dans les vallées de la Neste, de la Pique, de la Garonne et pour les zones montagneuses tourne autour de vingt-deux espèces dont neuf espèces pour la directive habitats. Ces observations ont été réalisées sur le bord des rivières, dans le périmètre du site Garonne amont et à proximité de ces lieux. Compte tenu du rôle des éléments aquatiques (rivières, plans d’eau, etc.) pour l’alimentation et l’abreuvement des autres espèces, cette liste constitue une première entrée dans la prise en considération des chiroptères pour la gestion des rivières. Trois sites font l'objet d'une observation par le groupe chiroptères de Midi-Pyrénées (GCMP) de l'Association des naturalistes d'Ariège-centre d'espaces naturels (ANA-CEN). Ces sites, au niveau de la haute vallée de la Pique en Garonne amont, sont situés en Haute-Garonne sur les communes de Bagnères-de-Luchon et de Montauban-de-Luchon. L’espèce concernée est le petit rhinolophe avec respectivement dix-huit adultes, 150 adultes et essaims de jeunes et vingt adultes. 

 

La carte de répartition donne une idée de la présence des chiroptères à l’échelle de l’Occitanie :

Télécharger la carte de répartition

 

 

Les actions de protection et de sensibilisation

Avec trente-quatre espèces de chauves-souris en France, toutes sont intégralement protégées par la loi à l’échelle nationale avec l’arrêté du 23 avril 2007 et à l’échelle européenne avec la directive habitats de 1992. Il est interdit de détruire les chauves-souris ou ses habitations, de les mutiler, les capturer, les naturaliser (ou empailler), de les transporter, les vendre ou de les acheter. Outre la dangereuse diminution du nombre d’insectes, plusieurs autres menaces pèsent sur ces petits mammifères volants. La disparition des arbres morts et à cavités, la suppression des haies bocagères, l’altération des zones humides, la fermeture des grottes et cavités souterraines, la modification/fermeture/destruction du bâti ancien sont autant d’impacts négatifs portés aux populations de chauves-souris. La perturbation des sites en saison de reproduction ou en hivernage comme les travaux sur du bâti, le tourisme « cavernicole », des pratiques de naturalistes peu scrupuleux ou le manque de connaissance ou le non-respect des espèces sont également des facteurs qui peuvent avoir des conséquences négatives sur une colonie. Le trafic routier et ferroviaire ainsi que les parcs éoliens sont aussi une source de mortalité des chiroptères.

Pour protéger les chauves-souris, l’Ariège est l’un des rares départements à bénéficier de neuf arrêtés préfectoraux de protection de biotope (APPB) pour protéger des gîtes cavernicoles de chiroptères. Ces APPB dont huit figurent au sein de sites Natura 2000 interdisent la présence humaine quand le nombre de chauve-souris est important. Cet outil réglementaire permet de mobiliser des moyens de surveillance et de police via l’Office français de la biodiversité (OFB). Le parc naturel régional des Pyrénées-Ariégeoises ou encore l’Office national des forêts (ONB) participent également de manière active à la surveillance de ces sites. Les personnes verbalisées sont majoritairement des visiteurs non sensibilisés par les atteintes qui touchent ces mammifères. Incluses dans le réseau Natura 2000 d'Ariège, les grottes de l'Herm et du Sendé sont actuellement surveillées par l'ANA-CEN. Des pièges-photographiques et des boitiers d'écoutes d'ultrasons ont été installés pour enregistrer les données captées et réaliser un suivi pour l'étude des populations.

 

La pose d'une grille d'entrée de la grotte de l'Herm a été validée par la direction régionale des affaires culturelles (Drac) Occitanie - Photo Carine Vicente/ANA-CEN Ariège

 

Toujours avec l'ANA-CEN, des animations tournées vers grand public avec des projections de films, des conférences ou des balades contées pendant Halloween dans des grottes, par exemple au Mas-d’Azil (09), sont organisées. Près de 250 personnes sont sensibilisées chaque année. Le CEN Ariège intervient également en milieu scolaire avec des animations et projets pédagogiques. Sur trois sessions, les élèves découvrent à titre d’exemple les ultrasons ou une grotte avec les spéléologues de Horizon vertical. Dans le même département avec la réserve naturelle régionale Confluence Garonne-Ariège, des actions de suivi d'une colonie et de naissances sont réalisées. Toujours en cours, la Réserve élabore des études et un inventaire de la chauve-souris.

Nous l'avons vu, l'arbre est un élément important pour les chauves-souris. Il peut être utilisé comme gîte d'hibernation ou de mise bas avec les arbres âgés présentant des fissusres et des cavités. Ainsi, la gestion du patrimoine arboré doit prendre en compte la préservation des chiroptères. Le conseil départemental de la Haute-Garonne a élaboré une fiche technique qui permet de détailler le protocole d'abattage des arbres lorsqu'ils sont susceptibles d'accueillir ces mammifères

 

Il est possible de fabriquer soi-même un gîte pour les chauves-souris. Voici quelques conseils pour optimiser votre fabrication et installation :

- Utilisez seulement du bois brut non traité, résistant à l’humidité (pin, etc.) ;

- Prenez des planches d’au moins 1,5 cm d’épaisseur afin d’offrir une meilleure isolation ;

- Conservez les planches telles quelles sans les poncer car les chauves-souris auront plus de facilité à s’accrocher aux aspérités. Vous pouvez même améliorer la rugosité en creusant de petites rainures horizontales à l’intérieur de votre nichoir, à environ tous les 2 centimètres ;

- Pour la peinture et le traitement éventuel, utilisez des produits non toxiques ;

- Installez le nichoir au moins à 5 mètres de haut, toujours au-dessus du vide sans accès pour d’éventuels prédateurs ;

- Fixez-le solidement en choisissant de préférence une exposition sud-est. S’il est installé sur un arbre veillez à protéger celui-ci ;

- Dans tous les cas, ne dérangez pas les occupants du nichoir. Vous pouvez contrôler son occupation en guettant de petites crottes juste à l’aplomb sous l’ouverture.

 

 

Documents élaborés par Nature en Occitanie (NEO)