Vous êtes ici

Glossaire

Le glossaire est divisé en 2 parties :

  1. les termes spécifiques au volet Natura 2000

  2. les termes techniques que vous pouvez retrouver dans les différentes rubriques
    A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z


                                                                                                                                           


Termes spécifiques Natura 2000 : Charte Natura 2000, COPIL (comité de pilotage), Directive "Habitats, Faune, Flore", DOCOB (Document d'objectifs), Espèce ou habitat d'intérêt communautaire, Espèce ou habitat d'intérêt prioritaire, Loi DTR (Développement des Terriroires ruraux), Région biogéographique, SIC (Site d'Intérêt Communautaire), ZPS (Zone de Protection spéciale)

  • Charte Natura 2000

Outil d’adhésion individuel aux objectifs de gestion décrits dans le DOCOB, non rémunéré mais ouvrant droit à des exonérations fiscales. Sur la base unique du volontariat, l’adhérent marque ainsi son engagement en faveur de Natura 2000. Elle permet de participer à la protection des milieux naturels et des espèces animales et végétales par des actions concrètes et le développement de bonnes pratiques.

  • COPIL = COmité de Pilotage

Il est instauré par le Préfet du département concerné par le site Natura 2000. Il regroupe toutes les parties concernées par la vie du site : les représentants des collectivités territoriales et de leurs groupements, des représentants des propriétaires et exploitants de biens ruraux, les gestionnaires et les usagers du site (associatifs, socio-économiques...). Présidé par le Préfet ou un de ses représentants quand l'Etat est maître d'ouvrage ; la présidence peut également être confiée à un Elu (depuis la Loi DTR). Ce Comité pilote la préparation et la mise en oeuvre des documents d’objectifs jusqu'à leur validation puis suit l'animation (mise en oeuvre des actions du DOCOB).

  • Directive "Habitats Faune Flore"

Appellation courante de la Directive 92/43/CEE du Conseil des Communautés Européennes du 21 mai 1992 concernant la conservation des habitats naturels ainsi que de la faune et de la flore sauvages. Ce texte sert de fondation juridique au réseau Natura 2000. Il prévoit notamment la désignation de Zones Spéciales de Conservation (ZSC), ainsi que la protection d’espèces sur l’ensemble du territoire.

  • DOCOB = DOCument d'OBjectifs

Le DOCOB définit, pour chaque site Natura 2000, un état des lieux, des objectifs de gestion et les modalités de leur mise en œuvre via les fiches action. Il est établi par un opérateur en concertation avec les acteurs locaux réunis au sein d’un comité de pilotage (COPIL) et il est validé par le Préfet.

  •  Espèce ou habitat d'intérêt communautaire

Espèce en danger ou vulnérable ou rare ou endémique énumérée : - soit à l’annexe II de la Directive « Habitats, faune, flore » et pour lesquelles doivent être désignées des Zones Spéciales de Conservation, - soit aux annexes IV ou V de la Directive « Habitats, faune, flore » et pour lesquelles des mesures de protection doivent être mises en place sur l’ensemble du territoire.

Un habitat naturel d’intérêt communautaire est un habitat naturel, terrestre ou aquatique, en danger ou ayant une aire de répartition réduite ou constituant un exemple remarquable de caractéristiques propres à une ou plusieurs des neuf régions biogéographiques et pour lequel doit être désignée une Zone Spéciale de Conservation.

  • Espèce ou habitat d'intérêt prioritaire

Habitat ou espèce en danger de disparition sur le territoire européen des Etats membres. l’Union européenne porte une responsabilité particulière à leur conservation, compte tenu de la part de leur aire de répartition comprise en Europe (signalé par un * dans les annexes I et II de la Directive « Habitats, faune, flore »).

  •  Loi DTR = Loi sur le Développement des Territoires Ruraux

Depuis la parution de cette Loi (n°2005-157 du 23 février 2005), les représentants des collectivités territoriales et de leurs groupements ont la possibilité d’assurer la présidence du comité de pilotage. Une collectivité territoriale peut prendre en charge l’élaboration et le suivi du document d’objectifs en s’appuyant sur une convention passée avec l’Etat pour définir les moyens d’accompagnement nécessaires à cette élaboration. L’initiative de l’élaboration du document d’objectifs et de la création du comité de pilotage reste cependant confiée au Préfet ainsi que l’approbation du document. 

La procédure de consultation est simplifiée en cas de modification du périmètre d’un site Natura 2000.

  • Région Biogéographique

Il existe 9 régions : la région alpine, la région atlantique, la région de la mer Noire, la région boréale, la région continentale, la région macaronésienne, la région  méditerranéenne, la région pannonienne et la région steppique.

  • SIC = Site d'Importance Communautaire

Sites sélectionnés, sur la base des propositions des Etats membres, par la Commission Européenne pour intégrer le réseau Natura 2000 en application de la directive "Habitats, faune, flore". La liste nominative de ces sites est arrêtée par la Commission Européenne pour chaque région biogéographique. Ces sites sont ensuite désignés en Zones Spéciales de Conservation (ZSC) par arrêtés ministériels

  • ZPS = Zone de Protecton Spéciale

Sites sélectionnés par la France au titre de la directive « Oiseaux » dans l’objectif de mettre en place des mesures de protection des oiseaux et de leurs habitats. La désignation des ZPS s’appuie généralement sur les Zones importantes pour la conservation des oiseaux (ZICO), fruit d’une enquête scientifique de terrain validée par les Directions régionales de l’environnement, de l'aménagement et du logement (DREAL). 

 

Glossaire de termes techniques

A

Agnathe : vertébré aquatique dépourvu de mâchoire, à respiration branchiale.

Allochtone : adjectif qui caractérise ce qui s’est formé ailleurs que là où il se trouve maintenant (contraire : autochtone).

Ammocète : larve de lamproie.

Amphibiotique (espèce) : espèce vivant successivement en mer et en eau douce.

Amphiphyte : plante de milieu humique pouvant vivre sous l'eau ou hors de l'eau.

Anadrome : se dit d'une migration en rivière de l'aval vers l'amont (contraire : catadrome).

Anguilliforme : qui a la forme d’une anguille et qui se déplace dans l'eau en ondulant la majeure partie de son corps ou son corps tout entier.

Anticlinal : pli dont la convexité est tournée vers le haut, autrement dit en forme de « n » (contraire : synclinal).

Atrésie : étroitesse d’un orifice.

Autoépuration : c’est l’élimination des déchets (polluants) contenus dans un milieu par ce milieu lui-même. Elle recouvre l’ensemble des processus biologiques, chimiques et physiques par lesquels un écosystème aquatique équilibré transforme ou élimine les substances (surtout organiques) qui lui sont apportées (pollutions). Les organismes vivants (bactéries, champignons, algues) jouent un rôle essentiel dans ce processus.

B

Benthique : qualifie l'interface eau-sédiment d'un écosystème aquatique.

Biogénique (capacité) : la capacité biogénique d’un cours d’eau permet d’évaluer sa capacité à régénérer ses peuplements.

Boulbène : terre siliceuse, sablo-argileuse, acide.

Branchiospine : fixée sur les bords internes des arcs branchiaux des poissons, elle constitue un filtre retenant les particules nutritives du plancton.

Bryophytique (végétation) : relative aux végétaux verts sans racine ni vaisseau, mais généralement pourvue de feuilles regroupant les mousses et les hépatiques.

C

Canopée : zone d'une forêt qui correspond à la cime des grands arbres.

Calcicole : se dit d’un végétal qui prospère sur un sol riche en calcaire.

Catadrome : se dit d’une migration vers l’aval, vers l’océan.

Catiche : terrier de la loutre.

Characée : famille de plantes d’eau douce (macrophytes) sans fleur, voisines des algues, mais plus différenciées et incrustées de calcaire.

Cercoïde : appendice de l’extrémité de l’abdomen.

Chaméphyte : végétal vivace à partie aérienne persistante et de taille inférieure à 0,50 m ou plante herbacée dont la partie inférieure se lignifie.

Climacique : se dit d'une espèce ou d'un peuplement qui a atteint son stade d'équilibre (station, facteurs physiques, êtres vivants) conditionné par les facteurs climatiques et/ou édaphiques (liés au sol).

Coprophage : qui se nourrit d’excréments.

Cultivar : synonyme de variété.

Cycloïde (écaille) : écaille circulaire.

D

Débit réservé : c’est le débit minimal restant dans le lit naturel de la rivière entre la prise d’eau et la restitution des eaux en aval de la centrale, garantissant en permanence la vie, la circulation et la reproduction des espèces vivant dans ces eaux.

Degré jour : unité de "quantité de chaleur", servant à prévoir la durée de développement d'un animal poïkilotherme (ou hétérotherme), dépourvu de régulation de sa température interne (cas de tous les invertébrés). Le nombre de degrés est la somme des différences entre la température moyenne de chaque jour et un seuil, le zéro de développement de l'espèce.

Dérive : phénomène naturel d’entraînement des invertébrés vers l’aval du cours d’eau, par le courant d’eau.

Diurne : se dit d’un animal actif le jour (contraire : nocturne).

Dulcicole : qui vit dans les eaux douces.

E

Echolocation : méthode de repérage des proies ou des obstacles propre à certains animaux, par émission de sons ou d'ultrasons qui produisent un écho.

Eclusée : volume d'eau lâché à partir d'un ouvrage hydraulique (ouverture d'une porte d'écluse, turbinage d'eau stockée dans un barrage réservoir...) et se traduisant par des variations de débits brusques et artificielles.

Ecotone : zone de transition entre deux écosystèmes.

Electrophorèse (de protéines) : technique de biologie moléculaire très répandue, ayant plusieurs variantes, employée pour réduire un mélange complexe de macromolécules en ses composants. Son principe est de soumettre les échantillons à un champ électrique appliqué à travers une matrice poreuse. Les molécules vont migrer dans ces conditions avec une vitesse dépendante de leur charge électrique nette et/ou de leur poids moléculaire.

Elytre : aile antérieure protectrice et rigide des coléoptères, protégeant les ailes membraneuses.

Emondage : action de couper les branches inutiles des arbres.

Entomofaune : partie de la faune constituée par les insectes.

Epreinte : fèces caractéristiques de la loutre.

Etiage : débit le plus bas d'un cours d'eau.

Euryphage : organisme ayant un régime alimentaire très diversifié.

Eutrophe : caractérise un milieu riche en matières nutritives.

Evapotranspiration potentielle : quantité d'eau perdue au niveau d'un couvert végétal par évaporation du sol et transpiration de la culture.

Exhaussement : synonyme d’élévation.

Exondé : se dit d’une terre (plage, étang ou rivière souvent recouverte d'eau) lorsqu'elle est découverte.

Exothermique : qui s’accompagne d’un dégagement de chaleur.

Extrados : surface convexe et extérieure d'une voûte.

Exutoire : système de franchissement d’un barrage lors de la migration de dévalaison des migrateurs (de l’eau douce vers l’eau salée).

Exuvie : ensemble des restes de téguments (carapace par exemple) rejetés par un animal lors de sa mue.

F

Faciès d’écoulement : unités géomorphologiques d’un cours d’eau. Ils présentent des caractéristiques homogènes en termes de granulométrie, hauteur d’eau, vitesse d’écoulement, profils en long et en travers (Malavoi, 1989).

Fèces : synonyme d’excréments.

Fluviatiles (alluvions) : se dit de sédiments continentaux transportés par les eaux courantes.

Fruticée : formation végétale composée par des arbustes et des arbrisseaux.

G

Géomorphologique : relatif à la géomorphologie (domaine de la géographie qui a pour objectif la description, l’explication et l’évolution des formes du relief terrestre).

Géophyte : plante vivace dont seuls les organes souterrains tels que les bulbes ou les rhizomes subsistent durant l’hiver.

Granulométrie : technique d’analyse des sédiments meubles consistant à classer, suivant leur taille, les grains qui composent ces sédiments / Facteur édaphique qui conditionne la répartition des espèces benthiques dans les sédiments meubles.

Grausses caillouteuses : ce sont des terres d'alluvions fluviatiles modernes, qui se rencontrent sur une bande de 3 à 5 km le long de la vallée de l'Ariège, de Saverdun à Foix. Elles sont constituées en proportion élevée de cailloux roulés, de graviers et de sable, recouverts d'une couche plus ou moins réduite de limons d'inondation.

Grégaire : relatif à une espèce animale qui vit en groupe ou en communauté sans être nécessairement sociale.

Griffer : désolidariser les éléments d’un substrat avec des outils spécifiques.

Grume : tronc d'arbre abattu ébranché et encore recouvert de son écorce.

H

Hauturière : en pleine mer, au large de la zone côtière.

Héliophile : espèce qui préfère l'ensoleillement (contraire : sciaphile).

Hélophyte : plante vivace qui pousse dans la vase, à partie supérieure aérienne et bourgeons hivernaux immergés.

Hémicryptophyte : plante dont les bourgeons subsistent pendant la mauvaise saison au ras du sol, les parties aériennes se desséchant et disparaissant totalement.

Hépatique : plante voisine des mousses.

Homocerque : se dit de la nageoire caudale des poissons quand elle est apparemment symétrique par rapport au plan horizontal.

Humus : ensemble des produits de la décomposition et de la transformation, par voie chimique et biologique, de la matière organique d'un sol. Ce sont des molécules complexes et très grosses qui jouent un rôle fondamental dans la structure d'un sol.

Hyaline : qui a l’apparence du verre, vitreux.

Hydrologie : science qui traite des propriétés mécaniques, physiques et chimiques des eaux marines et continentales.

Hydrophyte : type biologique de plantes aquatiques qui peuvent êtres libres et flottantes, mais ne s'élevant pas au dessus de l'eau ; et qui passent l'hiver grâce à des structures sub-aquatiques.

Hygrocline : qui préfère l’humidité.

Hypertrophisation : phénomène d’eutrophisation poussé. Phénomène d’enrichissement du milieu en éléments nutritifs. En fonction du niveau d’enrichissement atteint, on distingue :

·       Oligotrophie : la richesse du milieu est faible (déficit) 

·       Mésotrophie : la richesse est moyenne ;

·       Eutrophie : la richesse est optimale et il y a un bon équilibre trophique ;

·       Dystrophie : richesse excessive conduisant à des déséquilibres.

 Hypogée (partie) : qui se développe sous terre.

I

Ichtyologique : relatif à l’ichtyologie c'est-à-dire à l’étude scientifique des poissons.

Imago : stade ultime de l’insecte : l’adulte.

Infère (bouche) : position de la bouche d’un poisson dirigée vers le bas.

J

K

L

Laminaire (écoulement) : écoulement dans lequel les couches de fluide glissent les unes sur les autres sans échange de particules entre elles (contraire : régime turbulent).

Lentique : se dit d'un milieu aquatique où le courant est faible.

Ligne latérale : ligne d’écailles perforées située sur les flancs du poisson, reliée à plusieurs nerfs crâniens et qui joue un rôle dans la réception tactile et acoustique.

Lignification : phénomène par lequel les parois cellulosiques de certaines cellules végétales s’imprègnent de lignine et prennent la consistance du bois.

Lithologie : nature des roches constituant une formation géologique.

Livrée : aspect visuel extérieur et patron de coloration des poissons.

Lotique : qui est propre aux eaux courantes.

M

Mégaphorbiaie : formation végétale à base de grandes plantes herbacées vivaces caractéristiques des milieux humides.

Mélanophore : cellule pigmentaire cutanée contenant de la mélanine. Selon la contraction ou l'étalement du « sac » contenant la mélanine, la coloration noire est plus ou moins visible.

Mésohygrophile : se dit d'un milieu humide durant seulement une partie de l'année.

Mésotrophe : se dit d'un milieu moyennement riche en éléments nutritifs utilisables.

Module ou module inter-annuel d’un cours d’eau : débit moyen annuel ou pluriannuel en un point d'un cours d'eau. Il est évalué par la moyenne des débits moyens annuels sur une période d'observations suffisamment longue pour être représentative des débits mesurés ou reconstitués.

Morphodynamique (paramètre) : paramètre du milieu permettant sa description ; pour un cours d’eau : hauteur d’eau, vitesse du courant, granulométrie du lit.

Morphogène (crue morphogène) : se dit d'une crue à l'origine d'une évolution géomorphologique notable de la rivière, ses caractéristiques physiques (débit, vitesse, etc.) expliquant des phénomènes importants de reprise d'érosion. Les crues morphogènes sont généralement les crues de "plein bord" avant débordement (fréquence moyenne : 2 ans).

Mue imaginale : qualifie la dernière mue avant le stade adulte.

Mull : humus de milieu aéré, légèrement acide, caractérisé par une minéralisation rapide due à une activité biologique élevée.

Muscinées : classe de plantes appartenant à l'embranchement des Bryophytes, communément appelées Mousses.

N

Nitrification : processus bactérien au cours duquel l'azote organique est oxydé en nitrites puis en nitrates. Cette réaction utilise de l'oxygène.

Nitrocline : se dit d’une espèce croissant sur des sols assez riches en nitrates.

Nitrophile : qualifie une espèce qui préfère ou exige des teneurs en azote très importantes (nitrate en général).

Nycthéméral : désigne un rythme basé sur 24 heures et comprenant un jour et une nuit.

O

Oligotrophe : caractérise les milieux très pauvres en éléments nutritifs et ne permettant qu’une activité biologique réduite. Par extension, une espèce oligotrophe est une espèce se satisfaisant de ces contraintes.

Orogénèse : ensemble des processus de formation des chaînes de montagne.

P

Pédicule caudal : rétrécissement du corps qui marque le début de la queue.

Pelote (digitale et plantaire) : coussinet plantaire.

Périphyton : ensemble des organismes aquatiques qui vivent fixés à la surface des plantes ou des objets immergés dans les cours d'eau ou dans les lacs.

Péritoine : membrane séreuse de l’abdomen comprenant un feuillet pariétal qui tapisse la paroi et un feuillet viscéral qui enveloppe les organes.

Pétricole (espèce) : se dit d’un poisson inféodé aux zones rocheuses.

Phanérogame : se dit d'une plante vasculaire (pourvue d'un système conducteur constitué de tissus spéciaux, servant au transport de la sève) se reproduisant par fleurs et graines.

Phytocénose : association de plantes au sein d'une station végétale donnée.

Phytocide : se dit d’un produit chimique capable de détruire les végétaux.

Phytophage : se dit d’un animal, d’un insecte en particulier, qui se nourrit de matière végétale.

Phytosociologie : étude des tendances naturelles que manifestent des individus d’espèces végétales différentes à cohabiter dans une communauté végétale ou au contraire à s’en exclure.

Phytosociologique : qui se rapporte à la phytosociologie.

Phytotoxique : se dit de ce qui est toxique pour les plantes.

Pinéal (organe) : un photorécepteur interne qui participe à la régulation des rythmes biologiques.

Platier : zone d’affleurement rocheux.

Plastron ventral : la carapace que les tortues ont sur le ventre.

Pollution diffuse : pollution dont la ou les origines peuvent être généralement connues mais pour lesquelles il est impossible de repérer géographiquement l’aboutissement dans les milieux aquatiques et les formations aquifères.

Populiculture : culture intensive du peuplier.

Potamophile : se dit d'une plante ou d'un animal inféodé au cours d'eau.

Potamotoque : organisme amphibiotique migrant en eau douce pour s’y reproduire.

Pronotum : plaque dorsale située sous le prothorax.

Prophylactique (action) : ensemble des mesures physiques, variétales, culturales... tendant à empêcher l'apparition d'ennemis des cultures ou à en minimiser les effets.

Q

R

Recépage : action de tailler un arbuste ou un jeune arbre à ras de terre, un an après plantation, pour faire venir des pousses plus fortes.

Recrutement : effectif de juvéniles qui vient chaque année reconstituer la population.

Relictuel (habitat) : habitat se localisant dans une station isolée et vestige d’une localisation beaucoup plus étendue à une époque où les conditions de milieu favorables se rencontraient dans une zone plus importante.

Rhéophile : qualifie les organismes aquatiques qui vivent dans les milieux où il existe un courant important.

Rhizoïde : filament jouant le rôle de racine chez les végétaux inférieurs.

Rhizome : tige souterraine vivace, souvent horizontale, émettant chaque année des racines et des tiges aériennes.

Ripicole : qui vit au bord des cours d’eau.

Roselière : lieu couvert de roseaux.

Rudérale : se dit d’une plante qui croît dans les décombres.

S

Sapement des berges : destruction des berges, par creusement, due à l’action d’un cours d’eau.

Saproxylique : se dit d’une espèce qui dépend de la décomposition du bois pour au moins une étape de son cycle de développement (la disparition des vieux arbres à cavités est la première cause de raréfaction de ces espèces).

Saproxylophage : qui se nourrit de bois en décomposition.

Saussaie : synonyme de saulaie.

Sciaphile : se dit d’une espèce qui exige ou tolère un éclairement faible (contraire : héliophile).

Sclérification : durcissement des téguments (tissus qui couvrent le corps des animaux) chez les insectes.

Scutelle : écaille transformée en pièce dure et carénée.

Stagnophile : caractéristiques des eaux stagnantes.

Subégal : presque égal.

Supère (bouche) : position de la bouche d’un poisson dirigée vers le haut.

Supramaxillaire : os fin qui s'allonge le long du bord supérieur du maxillaire.

Sylvicole : relatif à la sylviculture c'est-à-dire à l’entretien et à l’exploitation des forêts.

Symphyse : nom de certaines articulations fixes ou peu mobiles.

Synclinal : pli dont la convexité est tournée vers le bas, autrement dit en forme de « v » ou de « u » (contraire : anticlinal).

Systématique : classification hiérarchisée des êtres vivants.

Syntaxon : unité systématique en phytosociologie (association végétale, alliance, ordre, classe).

T

Taxon : unité systématique dans une classification.

Thalle : appareil végétatif des végétaux inférieurs, où l’on ne peut distinguer ni racine, ni tige, ni feuille.

Thallophyte : végétal pluricellulaire dont l'appareil végétatif est constitué par un thalle (algues, champignons, lichens).

Thérophyte : plante qui survit à la mauvaise saison sous la forme de graines.

Tufeux : provenant du tuf (type de roche de faible densité, de porosité élevée, souvent pulvérulente. Il peut être d’origine et de composition diverses : calcaire, volcanique, siliceux, basaltique).

Typologie : détermination des traits caractéristiques dans un ensemble de données en vue de distinguer des types, des systèmes, etc…

U

Ubiquiste : qualifie une espèce capable de s’installer dans des biotopes très divers.

V

Vibrisse : poil tactile de certains mammifères.

Vitelline (réserve) : une des annexes embryonnaires des vertébrés ; chez les poissons, cette annexe subsiste après l’éclosion et sa substance nourrit le jeune alevin.

W

X

Xérique : qualifie un milieu caractérisé par une aridité persistante.

Y

Z

 Zooplancton : plancton animal.